Vous pouvez contacter la Fondation de l’Académie de Médecine par courrier à l’adresse suivante :

Fondation de l’Académie de Médecine
16 rue Bonaparte
75006 Paris

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

  S'abonner à la newsletter

Partager
Suivre
octobre 3, 2019

Evénement: mieux vieillir France – Brésil

événement:

Mieux vieillir France – Brésil

Le 07 novembre 2019 eu lieu le Symposium sur le Mieux Vieillir France-Brésil. Ce fut un événement en collaboration avec l’Académie de Médecine du Brésil et de la Fondation de l’Académie de Médecine Française, avec pour mécène ORPEA Group.
En présence de S.E Monsieur Michel Miraillet, Ambassadeur de France au Brésil, et du Consul Général de France à Rio de Janeiro, Monsieur Jean-Paul Guihaumé.

La population mondiale vieillit, et les conséquences sociales, sociétales et économiques d’ici 2050 seront importantes. La qualité des interventions et des échanges qui ont découlé de cette journée ont fait ressortir les immenses défis liés à la vieillesse qui attendent nos 2 pays dans les années à venir, mais également les solutions existantes. Ces derniers s’articulent autour de 4 points:

  1. Perspectives du vieillissement de la population

L’augmentation de la population française âgée (>60ans) s’est étalée progressivement sur presque tout le 20ème siècle, tandis que pour le Brésil, cette augmentation de la population âgée commence depuis seulement 20 ans mais de manière plus importante. Les problèmes touchant l’Europe concernant le vieillissement devraient toucher le Brésil avec quelques dizaines d’années d’écart, d’où ce Symposium. Ce vieillissement a vu naître 2 nouvelles générations ; les « jeunes adultes » et « vieux adultes », en plus des enfants et des personnes âgées.

  1. Situation de la gériatrie

Quand la Gériatrie devient une spécialité de plus en plus demandée en France, il n’existe que peu de formations gériatriques au Brésil. Bien que cela s’améliore, il n’y a aujourd’hui que 1807 gériatres inscrits au registre médical brésilien. Et avec l’augmentation du nombre de patients, la France comme le Brésil est en manque de gériatres. Le Brésil a même régressé ces dernières années en matière de formation gériatrique car l’Etat a retiré une partie de son appui financier à cette formation.

  1. Financement de la prise en charge du sujet âgé

Le financement de la vieillesse en France est en partie à la charge de l’Etat, en partie pour le patient. Mais la loi est en train d’évoluer avec les aides à domicile qui se développent, afin qu’elles soient plus prises en charge par l’Etat.

Au Brésil, il n’y a pas de réseau national pour la prise en charge des personnes âgées. Le financement revient en partie aux régions et municipalités, mais surtout à la charge des familles ce qui peut poser problème en cas de manque de moyens.. Il existe des plans de santé gériatriques efficaces mais ces derniers sont privés et doivent être financés par les proches.

  1. Politiques de préventions

Les gériatres français et brésiliens sont d’accord pour dire qu’il faut vieillir en autonomie, et que cette autonomie passe par une meilleure prévention de la vieillesse. Néanmoins, il faut également prévenir la prise en charge du sujet âgée qui est presque inéluctable à un moment. La France a développé des établissements spécialisés de prise en charge du sujet âgé comme les EPADHS ou des hôpitaux, avec un grand succès. Ces établissements sont en général bien équipés en matière de technologies innovantes pour le sujet âgé (qui peuvent aussi aider dans le maintien à domicile).

Au Brésil, une campagne de prévention de la vieillesse a été lancée ces dernières années mais elle est contestée car parmi ces mesures, il y a une volonté de « défavelisation » des personnes âgées. Or, cette mesure les déracinerait et les éloignerait de leur proche. Enfin, il y a une volonté brésilienne de faire diminuer les violences faîtes aux personnes âgées. Il y eu donc une politique de prévention de cette violence mais dans un second temps, le budget santé de la prise en charge de ce type d’agression a baissé.

Pour clôturer ce Symposium, une médaille et un diplôme furent remis à Son Excellence Monsieur l’ambassadeur de France au Brésil, à l’Académie Nationale de Médecine Française et à la FAM.

La FAM tient à vivement remercier l’Académie Brésilienne de Médecine pour son aide à l’organisation de cet événement, entretenant ainsi la collaboration médicale franco-brésilienne existante depuis de nombreuses années.
Non classé
Share: / / /